Connexion | Créer un compte

" Guerilla Urbaine" à Charleville-Mézières , le bilan du côté des services de l’État.

04/12/2018 06:21

Services de l'etat

Lors de la dernière grosse journée de mobilisation des Gilets Jaunes, samedi dernier, à Charleville-Mézières, de nombreuses infractions ont été commises, qualifiées de « violences urbaines » par les services de l’État. La manifestation de Charleville n'a pas été déclarée en Préfecture, faisant de cette mobilisation " un rassemblement illégal" , soulignait le Préfet des Ardennes Pascal Joly. 

Lors de cette opération de maintien de l'ordre, 5 policiers ont été blessés, ainsi que 2 manifestants.

Le Commissaire Philippe Miziniak, Directeur Départemental de la Sécurité Publique, au micro de Radio 8.

Sur les 15 interpellations, des majeurs, voire des jeunes majeurs, et 4 mineurs, dont deux très jeunes (13 et 14 ans). Deux d'entre eux ont été jugés en comparution immédiate hier et ont été condamnés à quatre mois de prison ferme, 8 gardes à vue ont fait l'objet d'une levée temporaire en vue d'investigations, dont un avait des peines à purger et a donc été incarcéré, il fera l'objet de poursuites ultérieurement si les faits le concernant sont avérés. Trois autres personnes et un mineur ont été libérées mais sont convoquées devant le tribunal correctionnel en janvier prochain. Le dernier mineur était hier soir encore dans le bureau du juge des enfants en vue de sa mise en examen.  Une autre manière d'agir donc, mais des agissements d'une extrême violence et une grande détermination.

Laurent de Caigny, Procureur de la République, revient sur le profil inhabituel des personnes interpellées

Deux interviews sont disponibles pour cet article


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte