Connexion | Créer un compte
Mentissa - Et Bam

Titre diffusé

Mentissa
Et Bam

Trafic d'espèces protégées dans les Ardennes : Peines de prison requises pour deux des prévenus, la relaxe pour le vétérinaire Ardennais

21/05/2022 - 02:00 - Rédigé par Candide Blomme

Trafic d'espèces protégées dans les Ardennes : Peines de prison requises pour deux des prévenus, la relaxe pour le vétérinaire Ardennais

Norbert, 33 ans, et Sébastien, 44 ans, étaient présentés le 7 janvier dernier devant le tribunal judiciaire pour y être jugés en comparution immédiate pour un trafic d'espèces protégées en bande organisée. Prévenu dans cette affaire également, Marc, un vétérinaire Ardennais de 46 ans, comparaissait pour complicité de cession et de détention d'espèces protégées.

Les faits étaient mis au jour en mai 2020 lorsque les pompiers étaient appelés à intervenir dans un immeuble de Vrigne-aux-Bois, pour la présence d'un serval. Le parquet de Charleville-Mézières saisissait alors la gendarmerie et le service départemental de l'Office Français de la Biodiversité. Suite aux premières investigations, l'Office Central de Lutte contre les Atteintes à l'Environnement et à la Santé publique était co-saisi.

L'enquête permettait de matérialiser un trafic d'espèces protégées et d'identifier les principaux mis en cause, parmi lesquels un vétérinaire Carolo, suspecté d'identifier les animaux sauvages avec des puces d'animaux domestiques.

Une opération judiciaire était déclenchée le 30 novembre dernier, dans 5 départements Français, ainsi qu'en région Parisienne. Neuf personnes étaient interpellées et placées en garde à vue. Les perquisitions menées permettaient de mettre la main sur du numéraire, environ 20 000 euros, des documents, et des animaux sauvages : des servals, un caracal, une tortue d'Hermann et des perroquets gris du Gabon.

Sébastien, « vendeur », se procurait les animaux aux Pays-Bas et les revendait partout en France. Norbert, « l'acheteur », éleveur de félins et propriétaire du Serval présent dans un immeuble de Vrigne-aux-Bois et d'un caracal, avait quant à lui entamé toutes les démarches afin de devenir capacitaire pour l'élevage d'animaux sauvages. Enfin le vétérinaire, dont le rôle n'a pu être prouvé dans cette affaire, son emploi du temps ne correspondant pas aux jours d'identification des animaux, qui lui avaient été présentés comme un Savannah et un Caracat, des espèces hybrides, inscrites au LOF.

Le substitut du Procureur de la République a donc requis la relaxe pour ce dernier. Il a en revanche requis des peines pour les deux autres, soit 3 ans d'emprisonnement dont 2 assortis d'un sursis probatoire et une amende de 20 000 euros pour le revendeur récidiviste et 1 an d'emprisonnement dont 8 mois avec sursis, ainsi qu'une amende de 4000 euros pour l'acheteur. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 4 juillet prochain.

La réaction, à l'issue de l'audience, de Maître Hamed Harir, avocat de l'acheteur éleveur de félins

Une interview est disponible pour cet article

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter ou Créer un compte