Connexion | Créer un compte

Jaouel Rondeau, abattu en 2014 à la Ronde Couture, exécuté pour une histoire de nuisances...

15/12/2017 21:39

Dans la nuit du 22 au 23 juin 2014, la police était appelée peu après 2 heures du matin, rue des Pivoines, où des coups de feu venaient d'être tirés. Sur place, un individu signalait aux fonctionnaires de police que son frère Jaouel avait été blessé par balle et que le tireur s'était enfui en courant, son arme à la main. Dans l'arrière-salle du salon de thé situé au rez-de-chaussée de la tour se trouvait en effet Jaouel Rondeau, étendu au sol, baignant dans une flaque de sang, criblé de 24 balles de pistolet mitrailleur. Dans un état critique, Jaouel, 28 ans, ainsi qu'une autre victime plus légèrement blessée, était dirigé vers les urgences. où il était déclaré mort quelques minutes plus tard. Walid Moussaoui, la seconde victime, gérant du salon de thé, était lui aussi blessé par balle et recevait une ITT de 30 jours.

L'audition des nombreux témoins révélait que tout avait commencé peu après minuit, à la suite d'une rixe entre les frères Rondeau et les frères Abbad, à propos d'Aurélien Noizet, l'assassin présumé, qui avait causé des nuisances au volant de son quad. Les Frères Abbad, ayant pris la défense de Noizet, avaient alors subi une cuisante défaite qui aurait déclenché leur désir de vengeance et le règlement de compte menant à l'exécution de la victime, puisque ce serait sur les consignes d'un des deux frères qu'Aurélien Noizet aurait tiré sur la victime, ne lui laissant aucune chance, comme l'a précisé un des enquêteurs de la SRPJ de Reims, chargé de l'enquête.

Le lendemain, le suspect, en fuite, était interpellé dans les Vosges, sur l'aire de Repos du « Grand Repenti » et était placé en garde à vue avant d'être mis en examen pour l'assassinat de Jaouel Rondeau et la tentative d'assassinat de Walid Moussaoui.

Madjid et Abdelaziz Abbad, relâchés une première fois quelques jours après les faits, avaient finalement été interpellés à nouveau début 2016 et mis en examen à leur tour, pour complicité d'assassinat et complicité de tentative d'assassinat par ordre en donnant des consignes ou instructions, et placés en détention provisoire. Ludovic Rochette, ami et chauffeur des frères Abbad le soir du meurtre, suspecté d'avoir caché l'arme du crime, était lui mis en examen pour complicité d'assassinat et complicité de tentative d'assassinat par aide ou assistance, et était placé sous contrôle judiciaire.

Ce premier jour d'audience a permis d'en savoir plus sur les circonstances de la mort de Jaouel Rondeau et le motif futile de son exécution. Les 4 suspects encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict sera rendu vendredi prochain.

 


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte