Connexion | Créer un compte

Cour d'Assises des Ardennes : Le syndrome du bébé secoué et la charge mentale d'une mère au cœur des débats

22/01/2019 21:39

Maître Pierre-Yves Migne

Ce mardi s'est ouvert le procès d'Harmony Lemoine, une jeune femme de 25 ans, pour violences volontaires aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Le 1er octobre 2013, l'accusée présumée retrouvait sa petite fille, âgée de 4 mois, inerte dans son lit. La tête positionnée vers l'arrière et le teint anormal, la fillette ne répondait plus aux stimulations de sa mère, qui dans la panique, était sortie pour appeler à l'aide, son bébé inerte serré dans ses bras. Admise aux urgences pédiatriques en fin de matinée, la petite avait alors fait plusieurs malaises, avec des convulsions, et avait été transférée à l'hôpital américain du CHU de Reims le soir même. Le 7 octobre, la petite fille était en mort cérébrale et décédait. Les divers examens pratiqués sur la petite patiente durant son hospitalisation et son autopsie révélaient un grave traumatisme crânien suite à l'arrachement de deux veines ponts, arrachement provoqué par un mouvement particulièrement violent du cerveau dans la boîte crânienne, diverses hémorragies, rétinienne, des méninges et du rachis, et des ecchymoses sur les membres supérieurs du corps. L'ensemble de ces lésions permettait un diagnostic certain du syndrome du bébé secoué. Le corps ne l'enfant ne montrait aucun autre signe de maltraitance antérieure.

C'est à l'issue de 46 heures de garde à vue, et au bout de 9 interrogatoires qu'Harmony Lemoine reconnaissait les faits et expliquait les circonstances du malaise de sa petite fille : La petite était née prématurément le 29 mai avec une malformation abdominale appelée laparoschisis, qui se traduit par un abdomen ouvert et une sortie de l'intestin en dehors de la cavité abdominale. Opérée dès le lendemain de sa naissance, le bébé avait beaucoup de mal à s'alimenter, régurgitant la moitié de ses biberons. Sortie de l'hôpital le 2 septembre, soit un mois avant son décès, le nourrisson était un bébé agréable et souriant, en dehors des repas, qui devenaient pour les parents un véritable parcours du combattant.

Les jours précédant les faits, des disputes étaient intervenues au sein du couple, à cause des soupçons du papa d'une relation extra-conjugale entre sa compagne et un autre homme, et s'étaient multipliées, provoquant un climat tendu à la maison. Épuisée, à bout, la maman expliquait donc avoir perdu patience ce matin du 1er octobre 2016 et secoué sa fille afin qu'elle s'arrête de pleurer, mais contestait l'intensité de ces secouements.

C'est libre que comparaissait Harmony Lemoine ce mardi, accompagnée de son compagnon, avec qui elle a eu un autre petit garçon, aujourd'hui âgé de 4 ans.

Alors quelle est la position d'Harmony Lemoine aujourd'hui dans cette affaire ? Réponse avec son avocat, Maître Pierre Yves Migne, au micro de Radio 8

Rappelons que l'accusée présumée encourt 30 ans de réclusion. Le verdict est attendu demain.

Une interview est disponible pour cet article


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte