Connexion | Créer un compte

Assises : Une tentative de meurtre et une vie de violences condamnées de 14 ans de réclusion criminelle

02/02/2019 03:18

Cour d'Assises 2

Ce vendredi se clôturait le procès de Tony De Boni, un belge de 64 ans, devant la Cour d'Assises des Ardennes, pour tentative de meurtre, par une condamnation. Le 6 juillet 2016, le mis en cause avait asséné de nombreux coups de machette à sa compagne qui venait de le quitter, après 15 ans de violences et d'alcoolisme chronique.

Ce deuxième jour de procès fût notamment marqué par le témoignage de l'accusé, « qui se souvient de tout sauf des faits » comme le soulignait l'avocate de la partie civile. Mais aussi par le réquisitoire de l'avocat générale, Marine Montauzou, qui rappelait : « La victime est en vie car elle a sacrifié ses mains, elle est en vie car elle a accepté d'être infirme » en soulignant que l'arme du crime, une machette affûtée de 60 cm était l'arme des Rwandais lors du génocide des Tutsis. Elle avait finalement requis 11 ans de réclusion à l'encontre de l'accusé.

Au terme de 2 heures de délibérés, la Cour a condamné Tony De Boni à 14 ans de réclusion criminelle, ainsi qu'à un suivi socio-judiciaire de 5 ans à sa sortie de détention, avec l'interdiction d'entrer en contact avec la victime. A travers ce procès, Tony De Boni paie également ses 15 ans de violences conjugales sur Bernadette, sa compagne au moment des faits, mais aussi contre son ex-épouse, aujourd'hui décédée, avant elle.

A l'issue de l'audience, Maître Patrick Manil pour la défense, revenait sur ce verdict, « un verdict d'élimination » d'après lui

A son tour, Maître Eloïse Denis Vauchelin, avocate de la victime, s'exprimait au nom de celle-ci, notamment sur l'absence de décision de la Cour sur les intérêts civiles demandés pour sa cliente

Deux interviews sont disponibles pour cet article


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte