Connexion | Créer un compte

Assises des Ardennes : Xavier Gougelet, « un homme à la personnalité mal construite »

17/01/2020 15:51

Jean-Luc Ployé

C'est la dernière ligne droite dans le procès de Xavier Gougelet devant la Cour d'Assises des Ardennes pour l'assassinat de Mickaël Labonne le 12 avril 2016 et pour les tentatives d'assassinat sur Emilie Laillier, la compagne de ce dernier et leurs deux enfants.

Ce vendredi matin était donc réservé aux rapports d'expertises psychiatrique et psychologique de l'accusé présumé. Et les deux experts se sont rejoints sur un certain nombre de points : Xavier Gougelet est un homme qui a une haute opinion de lui et qui se sent supérieur aux autres. « Il réclame un rigorisme aux autres qu'il ne s'applique pas à lui-même. Les lois sont pour les autres et c'est lui qui fait les lois » 

Puis reviennent une série de mots : « besoin de toute-puissance, dans la provocation, aucune émotivité adaptée ni aucune culpabilité ». On apprend également que visiblement, Mickaël Labonne est une victime « indirecte ». S'il ne s'était pas interposé devant sa « cible », Émilie Laillier et ses enfants, l'homme serait peut-être toujours en vie. 

Ne résistant pas à la frustration de ne pas pouvoir atteindre « sa cible », il s'est alors acharné sur la première victime devant lui, lui infligeant les blessures les plus abominables : « J'ai écrabouillé la victime, le sang appelle le sang. J'ai foncé sur lui comme un missile, je voulais lui faire le plus de mal possible ». A l'origine de son crime, sa jalousie et sa possessivité : « Il aime, il adore. Et s'il est abandonné, il commence à haïr, et il hait beaucoup plus qu'il a aimé. Il ne pardonne rien et il n'oublie rien, son ressentiment est intact ».

A la question de la dangerosité de l'auteur présumé, les deux experts sont catégoriques : « Sa dangerosité criminologique est très importante ». Quant au risque de réitération, le docteur Hugues Collin expliquait qu'il y avait un réel risque de passage à l'acte, mais pas forcément envers son ex-compagne. 

A l'issue de la matinée, l'expert en psychologie, Jean-Luc Ployé, revenait sur la personnalité complexe de l'accusé présumé 

Le procès reprend dès 16 heures avec les plaidoiries et réquisitions de l'avocate Générale, Laura Goudé. Le verdict est attendu dans la soirée. 


Une interview est disponible pour cet article


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte